L'abeille dans les traditions

 

Un apiculteur, égli dicé, n'est pas un homme comme un autre. C'est un homme passionné, un homme pris, qui a pour les abeilles une passion véritable. C'est avec elles une lune de miel perpétuelle.
Père Babaz, La cave des apiculteurs.

Les apiculteurs

gravure

Les précurseurs

Nombreux sont les apiculteurs qui dans leurs pratiques observèrent les constructions des abeilles et adaptèrent leur matériel ou leurs pratiques en conformité à celles-ci.

Guillaume-L. Formanoir de Palteau (1712-17??)

Agronome et apiculteur français qui inventa une ruche à hausses qui porte son nom.
Le livre:
Nouvelle construction de ruches de bois avec la façon d'y gouverner les abeilles et l'histoire naturelle de ces insectes.

Jacques de Gélieu (1???-1762)

Pasteur et apiculteur qui dispute avec Formanoir de Palteau, l'honneur d'avoir inventé la ruche à hausse.
En savoir plus

Alexandre-Fidèle de la Bourdonnaye (1734-fin 18e siècle)

Procureur-général-syndic des Etats de Bretagne en 1757 et un des fondateurs et membre de la Société royale d'Agriculture de cette province, il eut connaissance de la progression d'une colonie logée dans une ruche abandonnée sur un fût vide dont l'ouverture correspondait avec la ruche, et comprit ainsi le mouvement naturel de celle-ci lorsque l'espace qui lui était dévolu était suffisant. Il inventa donc une ruche dont l'exploitation respectait ce mouvement de l'essaim par l'adjonction d'une hausse qui se faisait sous le corps de la ruche. Ses écrits que je n'ai pu retrouver sont repris dans l'ouvrage de P. Ducouédic qui poursuivit son procédé.

Pierre-Louis Ducouédic (1743-1822)

Il perfectionna la ruche de M. de la Bourdonnaye par l'adjonction d'un troisième panier sous le corps de la ruche et dénomma le tout, la ruche pyramidale. La récolte se faisait sans détruire la colonie et la construction des cires se faisait naturellement selon le mouvement naturel de la colonie.
Le livre:
La ruche pyramidale, méthode simple et naturelle pour rendre perpétuelle toutes les peuplades d'Abeilles, et obtenir de chaque peuplade, à chaque automne, la récolte d'un panier plein de cire et de miel, sans mouches, sans couvain, outre plusieurs essaims; etc...

Georges De Layens (1834-1897)

photo

Lauréat de l'Académie des sciences, il fit de nombreuses expériences avec des ruches de différents types et compara les abeilles italiennes aux abeilles noires locales.
En savoir plus Les livres:
* Cours complet d'apiculture.
* Elevage des abeilles par les procédés modernes: pratique et théorie.
* Nouvelles expériences pratiques d'apiculture.livre
* Les abeilles: pratique de leur culture: miel, cire, hydromel.
* Le rucher illustré, erreurs à éviter et conseils á suivre.
* Elevage des abeilles par les procédés modernes; théorie et pratique en dix-sept leçons.

Il écrivit également en coopération avec Gaston Bonnier, de nombreux ouvrages d'apiculture et de botanique.
en savoir plus...

L'abbé Jean-Baptiste Voirnot (1844-1900)

photo

L'abbé Voirnot pratiquait l'arboriculture et l'apiculture en intégriste de la ruche à cadres; il mettra au point une ruche cubique qui dénomma "la ruche éclectique" car s'inspirant de différentes ruches de son époque, et qui fut connue sous le nom de "ruche Voirnot".
en savoir plus...

Les livres:
* L'apiculture éclectique ou essai d'une ruche d'après tous les systèmes
* La Culture des abeilles mise à la portée de tout le monde.
* Répertoire de l'apiculteur fixiste et mobiliste.

Jean Hurpin (1883-1967)

photo

Conquis par la ruche à cadres, cet apiculteur passionné par les abeilles n'en resta pas moins attaché à une apiculture les respectant et ne fut jamais partisan de son exploitation intensive. Il compara plusieurs ruches et choisit celle qui correspondait à une meilleure adaptation de la vie de la colonie. Il adopta donc la ruche Layens horizontale qu'il modifia selon sa conception mais garda le cadre Layens pour le couvain dont les dimensions étaient favorables à sa disposition naturelle.
en savoir plus...
Les livres:
* L'apiculture pratiquelivre
* La ruche de Layens Moderniséelivre
* La cité merveilleuse.livre

Rodolphe Leroy

photo

Fils d'apiculteur, enthousiaste de la ruche à cadres et de l'extracteur, il évolua pour remettre en question ce système pour la chambre à couvain; en effet il considérait celle-ci comme une perfection qui ne devait pas être troublé.
Il estimait également que la ruche en paille était l'habitat le plus sain de tous et qu'une ruche carrée était absolument anormale.
Aussi il créa une ruche en paillegravure telle qu'avaient connue son père, en la parant d'une armature en bois cerclant la ruche, suffisamment résistante pour qu'elle puisse supporter une hausse à cadres dont le miel était récolté à l'extracteur, et pourvue d'un chapiteau en forme de chapeau chinois dont les rayons constituaient la réserve de miel pour l'hibernage, ce en quoi il reprend l'idée de l'abbé Sagot. Cette forme dirigeait la grappe d'abeille vers l'endroit le plus chaud de la ruche et évitait la mort de la colonie qui intervenait quelquefois dans les ruches carrées, alors que du miel était encore présent dans les rayons... mais inaccessible aux abeilles.
Cette idée fut reprise par un apiculteur belge, Noël MICHEL (voir plus bas).
en savoir plus...
Le livre:
Les abeilles et la ruche mixteles abeilles et la ruche mixte

L'abbé Louis Sagot

photo

Bien que fortement convaincu et partisan de la ruche à cadres avec son collègue l'abbé Delépine, sa vision de l'apiculture mérite d'être retenue.
[...] c'est ce superflu des abeilles, ce trop-plein de leurs ruches qui, naturellement, appartient à l'homme; mais ce superflu seulement! C'est tout ce que le véritable apiculteur doit enlever à ses abeilles, c'est ce trop plein seulement qui lui appartient légitimement!.
Il créa une ruche nommée "l'aumônière" qu'il désirait le plus proche de la forme d'une cloche. Le toit était à double pente et constituait la hausse dont le contenu était récolté puis devenait la réserve de miel de la colonie durant l'hiver.
Les cadres du corps de ruche étaient garnis de cire tandis que les triangles du toit étaient seulement amorcés pour la première récolte; ensuite la cire était laissée aux cadres, ce qui permis à l'abbé Delépine de faire ses expériences qui démontrèrent l'inutilité des cires prêtes à l'usage pour les abeilles.
Le tout était recouvert d'un paillasson de paille.
Le miel était récolté au mello-extracteur, l'ancêtre de l'extracteur électrique; cependant il vante le miel présenté en brèches qu'il réserve pour ses cadeaux lors des invitations dont il fait l'objet.
Le livre:
Les abeilles.photo
L'abbé Duquesnois se fera propagateur de cette ruche qu'il modifiera légèrement, après la disparition de son créateur .

L'abbé Emile Warré

photo

Après avoir étudié durant une trentaine d'années et comparé les différents modèles de ruches de son époque, l'abbé Warré, curé de Martainneville (80), créa "la ruche populaire".
Il fut un lecteur des ouvrages de R. Hommell, des abbés Sagot et Delépine et de G. de Layens et suite à ses propres réflexions donna à sa ruche les caractéristiques principales de la ruche Voirnot et pyramidale de Ducouédic qu'il ignorait!
Il fait une démonstration très convaincante de la valeur de sa ruche face au "mobilisme" de la ruche Dadant à qui désirera une apiculture exempte de problèmes et d'investissement conséquent en matériel et en temps.
Un apiculteur allemand, l'abbé J.L. Christ (1739-1813) avait déjà inventé une ruche sur ce principe dont l'élément mesurait 28cm de diamètre, 14 cm de haut et était pourvu de vitres.
en savoir plus...
Le livre:
L'apiculture pour tous.l'apiculture pour tous.     Lire

Les modernes

Roger Delon

Roger Delon propose la ruche "Climatstable" dont les cotés ont une épaisseur de 3 cm, un plateau légèrement incliné vers l'avant pour l'évacuation de l'eau de condensation et une bonne isolation du plafond de la ruche. Les hausses sont à cadres avec des cires qui seront fixées par les abeilles entre les branches d'un U, sans fil à tendre.
Roger Delon insiste sur les propriétés hydrofuge de sa ruche, l'essaimage nécessaire qui est vital pour la ruchée, l'api-climatstabilité qui apporte une économie d'énergie, donc de miel, et la nécessité des rayons qui doivent être en continu.
Sa récolte peut se faire à l'aide d'un extracteur muni de cages.

Son langage était direct et il prétendait que certains modèles de ruche mal conçus, provoquaient l'affaiblissement de la vitalité de l'abeille et le développement des maladies.

en savoir plus...

Henri Muller

photoHenri Muller s'intéressa principalement au fonctionnement de la grappe d'abeilles et créa une ruche qui porte son nom.
Le livre:
La merveilleuse loi de la grappephoto
Discours dogmatique sur l'apiculture

Gilles Denis

photoGilles Denis utilisa comme professionnel les ruches Dadant qu'il réduisit à 8 cadres puis découvrit la ruche Warré avec cadres mobiles qu'il utilise désormais. Il a amélioré par l'observation, la ruche Warré pour une manipulation plus facile.
Il a mis au point le "moulimiel" et le "moulicuve" qui permettent une récolte mécanisée mais simple de la ruche Warré.

L'utilisation de la ruche Warré me permet de travailler dans de bien meilleures conditions et avec des abeilles heureuses de retrouver une habitation très proche de ce qu'elles ont à l'état libre et sans surplus de travail.
Avec ces ruches je produis autant sinon plus de miel qu'avec mes Dadant, mais aussi de nombreux essaims....

Avis d'un apiculteur
Le livre:
Le livre des techniques de la ruche WarréTechniques de la ruche Warré
pour l'obtenir...

Jean-Marie Frèrès et Jean-Claude Guillaume

photoJ.-M. Frèrès débuta comme tant d'autres apiculteurs avec des ruches Dadant dont les abeilles périclitaient sous la pression des varroas. Lorsqu'on lui parla des ruches Warré, il tenta l'expérience avec ces dernières et devant les résultats obtenus, il abandonna peu à peu toutes ses Dadant. Il équipa ses ruches d'une vitre pour surveiller ses colonies sans les déranger, les cires sont automatiquement renouvelées tous les ans et la récolte de miel qui est absolument pur, se fait sans extracteur en laissant sa part à l'abeille.
Comme Roger Delon, l'accent est mis sur une bonne régulation de l'humidité et de la température nécessaire dans les ruches. Roger Delon propose une régulation passive alors que la régulation "Jean-Claude Guillaume" est dite active.
Ce facteur est important et doit être pris en considération pour une bonne hygiène de sa ruche.
Le livre:
L'apiculture de A à Zphoto
Cet ouvrage permet de démarrer sans autre secours que celui-ci, cette méthode est extrêmement simple et peut être entreprise par tout débutant, les manipulations étant expliquées à l'aide de dessins et d'un texte accompagnant ceux-ci.
Pour recevoir ce livre, s'adresser à l'auteur.

Marc Gatineau

photoAprès avoir utilisé des ruches Dadant et Langstroth, Marc Gatineau les remplaça par des ruches d'inspiration Warré. Ses abeilles se nourrissent de miel durant l'hiver; il utilise des cadres pour la ruche et les hausses avec cire gaufrée pour une extraction par centrifugeuse.
en savoir plus...
Le livre:
L'apiculture telle que je l'aimeL'apiculture

Noël Michel

Noël MICHEL reprend les considérations de R. Leroy qu'il applique à une ruche Warré en bois et dont les angles sont neutralisés par un ½ chevron; il recouvre ses ruches d'un chapiteau conique qui sera la réserve de miel pour l'hibernage.

Gilbert Veuille

photoGilbert Veuille est le créateur d'une ruche ronde construite d'un mélange de plâtre et de paille hachée et fabriquée à l'aide d'un moule. Ce matériau présente une bonne isothermie et sa porosité évite toute condensation. D'autre part il résiste très bien aux intempéries et sa forme ronde augmente sa qualité isothermique. Le plâtre peut être remplacé par de la chaux ou de l'argile crue; dans ce cas, les ruches devront être abritées.
Les livres:
- La ruche ronde divisible en plâtrephoto
- La ruche ronde divisiblephoto

Remarques

Plusieurs de ces apiculteurs ont commencé avec des ruches Dadant et les ont abandonnées pour des ruches Warré. Ensuite, ils les ont adoptées et gardées pour leur exploitation. N'est-ce pas une raison pour suivre leur enseignement? et commencer directement par une ruche Warré...
D'autres part, ceux-ci ont apporté quelques changements au modèle d'origine, mais ces derniers ont été faits suite à des observations et pour une meilleure exploitation sans changer l'esprit initial de la ruche.

photo

Charles Dadant est absent de cette liste et ce pour deux raisons:
- ce n'était pas un apiculteur mais un homme d'affaires français;
- la ruche qu'il conçut n'a aucune des qualités que doit avoir une ruche écologique.
Après avoir fait de mauvaises affaires en France, il prit le chemin de l'émigration. Avant de s'embarqer pour les Etats-Unis, il avait rencontré Paix de Beauvoys, considéré quelquefois comme l'inventeur de la ruche à cadres. En Amérique, après avoir tenté de créer une exploitation viticole il se tourna vers l'apiculture grâce à sa rencontre avec Quimby, un apiculteur, et à la lecture d'articles et ouvrages apicoles. Il vit alors de la vente de miel et de cire et construit un atelier de fabrication de ruches à cadres de son invention. S'inscrit au journal "L'apiculteur en 1868 et en devient correspondant pour l'Amérique avant d'y être évincé par H. Hamet. Devenu propriétaire du journal "American Bee Journal", il put populariser sa ruche qui cependant eut plus de succès en France qu'en Amérique où la "Langstroth" est la plus utilisée.
Cette ruche est le parfait produit qui lie son exploitant aux fournisseurs de cire et à tout un matériel inutile pour une exploitation familiale et autonome.

Pour parodier Clémenceau:

La gestion de la nature est une chose trop sérieuse pour la laisser aux hommes d'affaires.

Sources

Sur le Web
- pour la photo de Gilbert Veuille
Pied de page
Retour à l'accueil

Ce site est optimisé pour un écran de 1280x768 et répond aux standards édictés par le W3C.
Il est conseillé d'utiliser un navigateur qui répond favorablement à ces standards.
Contact      © Cl. Bralet/la ruche sauvage